Andre - Avril 2005'



Jeudi 11 Avril 2005.

Cela va devenir un rituel ! A chaque sortie d'album, Andre a la gentillesse de nous accorder quelques minutes de son précieux temps afin de discuter de son nouveu bébé... Nous n'allions pas rater l'occasion en ce jeudi 11 mars de débattre à propos du nouvel album du groupe : Reason.

L’album est très surprenant: il semblerait que vous continuiez dans la voie de l’expérimentation, et que vous ayez trouvé votre propre style. Peut-on dire aujourd’hui que la rupture avec vos racines d’Angra est consommée ?

Oui effectivement, nous avons évolué, poursuivi notre chemin! En fait REASON est vraiment l’album que nous souhaitions sortir avec Shaaman. Il aurait très bien pu être notre premier album. Mais pour ne pas trop brusquer les fans qui nous avaient suivis depuis l’époque d’Angra, nous avions préféré sortir un album comme RITUAL qui est plutôt un album de transition avec lequel nous avons expérimenté, recherché des pistes. Pour moi, si RITUAL était dans la continuité de HOLY LAND, REASON est plus dans l’esprit de ce que nous avions initié avec FIREWORKS, notamment avec des morceaux comme « Lisbon » ou « Paradise » qui auraient tout à fait leur place sur REASON. Si nous conservons certains aspects de cet Angra-là, nous avons par ailleurs préféré mettre un peu de côté la technique au profit des compos en elles-mêmes. La technique doit servir les compos et non l’inverse. Et je pense également que REASON possède une plus grande unité que l'album précèdent, sur lequel figuraient des compositions très différentes.


Ne craignez-vous pas de perdre des fans que ces changements auraient gênés?

Je dirais que si des fans partent aujourd’hui parce qu’ils ne sont pas d’accord avec l’orientation que nous prenons, alors il est temps qu’ils partent. Nous n’avons pas besoins de ce genre de fans. De toute façon, j’espère bien que nous attirerons avec REASON plus de nouvelles personnes que d’anciens qui décideraient de nous quitter! Nous aimons changer et proposer des choses différentes aux fans. REASON est la suite logique de ce que nous leur avons toujours proposé. Je suis donc assez confiant. Les gens ont souvent besoin de temps pour s’habituer au changement. Par exemple, hier j’étais à Madrid dans un hôtel totalement différent de celui-ci. Ce matin quand je me suis levé, j’étais complètement perdu, désorienté... Et pourtant ici, l’hôtel est plus classe, la chambre et le lit plus grands. Mais il me faut un certains temps d’adaptation, et demain je vais sûrement préférer cet hôtel au précédent. C’est un parallèle assez hasardeux que je tente ici, mais je pense que c’est la même chose pour notre album! (sourire) Prenez HOLY LAND, lorsqu’il est sorti au Brésil et au Japon, les gens ne l’ont vraiment pas aimé. En particulier au Brésil car nous ajoutions de la musique traditionnelle et qu’ils ont trouvé ça étrange... Mais quelques mois plus tard cet album est devenu leur préféré ! Il faut laisser un peu de temps, même si dans certains pays peut-être plus ouverts d’esprit, plus libéraux, les gens saisissent tout de suite où nous voulons en venir. Ce fût le cas en France, où le succès fut immédiat !

L’album a été annoncé comme assez « rentre dedans ». Nous l’avons trouvé assez progressif, tout de même : les refrains n’arrivent qu’au bout d’1mn30 ou 2mn, et il faut un certain nombre d’écoutes pour pleinement apprécier les morceaux. Qu’en penses-tu?

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi! Les chansons sont finalement très courtes et très heavy. Nous avons essayé de commencer l’album très fort avec « Turn away » qui est finalement un morceau très différent de tout ce qu’on a fait jusqu’à présent. Il est vrai que nous aimons inclure de petits éléments que l’on découvre uniquement après plusieurs écoutes, et REASON en est truffé. Alors, en ce sens, on peut dire qu’il est progressif, puisque qu’il faut de nombreuses écoutes pour en déceler toutes les subtilités, néanmoins dans cet album nous proposons des morceaux très heavy, des riffs très lourds... Et nous ne nous imposons pas une façon de composer. Il n’y a pas une seule façon d’écrire une bonne chanson, si on répète 10 fois le refrain, et que ça sonne bien, tant mieux ! Même chose si le refrain n’apparaît qu’au bout de deux minutes. Au final, seul le résultat compte.

On dirait qu’il y a un concept derrière cet album. Peux-tu nous en dire plus?

Il n’y a pas vraiment de concept dans REASON. Nous avions une sorte de concept pour RITUAL qui tournait autour du chamanisme et de toutes ses pratiques rituelles, le tout agencé comme si les chansons étaient chacune un chapitre du même livre. Cette fois-ci nous avons placé les morceaux dans l’ordre le plus intuitif. Il y a tout de même des idées récurrentes dans chacune des chansons. Le mot « raison » a trois différentes significations : la raison intellectuelle, la raison des actes et la raison de la vie... Et chaque chanson a plus ou moins un rapport avec chacune de ces significations. Le morceau titre parle de suicide, de quelqu’un qui veut se suicider mais n’en trouve pas la force. Alors il compte sur la personne qu’il aime le plus pour l’aider. « Innocence » parle de la perte de l’innocence justement, la transition entre l’enfance et l’âge adulte... Un jour tu te réveilles, tu ouvres les yeux et le monde ne t’apparaît plus aussi coloré qu’avant. De plus il y a une raison au mot « Reason » (sourire) Tu as peut-être remarqué que nos 2 albums commencent par un R et ont le même nombre de lettres. Cela fait partie d’une trilogie... Qui sait comment s’appellera le prochain ? (sourire)

La pochette, les paroles et la musique semblent plus sombres que ce à quoi vous nous avez habitués. Une raison (hahaha) à cela?

Les paroles et la musique sont certes plus sombres, mais il y a toujours une note d’espoir à l’intérieur de celles-ci. Nous ne faisons pas de la musique dépressive ! (sourire) Quant à la pochette, elle montre une ombre au loin, quelqu’un qui suit sa propre voie. Tout est flou au bout de cette voie, la personne ne sait pas réellement où elle va, cependant elle reste sur un chemin bien défini, représenté par les rails.

Quelles ont été vos inspirations pendant l’enregistrement de cet album?

Nous avons toujours eu les mêmes inspirations. Nous sommes toujours très influencés par le heavy metal traditionnel des années 80 : Iron Maiden, Queensrÿche, Black Sabbath, Ozzy... Hugo est un grand fan de Randy Rhoads. De Judas Priest également. Nous avons gardé ces inspirations tout en incluant toujours notre petite touche pour nous différencier de ces groupes. Nous essayons également d’insérer quelles touches de heavy plus moderne, des riffs plus rythmés... Dans ce contexte Rammstein et Paradise Lost sont des groupe desquels nous nous sommes inspirés. Ces derniers temps nous apprécions également des groupes tels qu’Evergrey ou Soilwork.

Est ce que Manowar fait également partie de ces influences? Le rythme de batterie de « Iron Soul » y fait fortement penser...

Oui, en effet ! C’est évidemment Ricardo qui a apporté ce rythme, me disant que ça lui faisait penser à Iron Maiden, alors que je penchais plus pour du Manowar. A l’heure actuelle, je sais qu’il s’agit bien de Maiden et non de Manowar ! (sourire)

Pourquoi ce choix d’une reprise des Sisters Of Mercy? Et pourquoi l’avoir placée en début d’album et pas en bonus track par exemple?

Nous aimons faire les choses de façons différentes, surprendre les gens. Et visiblement cela fonctionne ! Un peu comme « Turn away » que nous n’arrivions pas à placer ailleurs qu’en première position de la liste, « More » est parfaitement à sa place en tant que 3ème piste. Il n’aurait pas sonné pareil si nous l’avions placé à la fin de l’album en tant que bonus track et je crains même que tout l’esprit de l’album en aurait souffert. Et quitte à surprendre les gens, autant le faire dès le début et ne pas attendre la fin (sourire)... Quand au choix de ce morceau, il s’est opéré de façon très surprenante, limite surnaturelle (rires). Nous souhaitions enregistrer une reprise pour notre nouvel album mais n’avions pas décidé ni du groupe, ni du morceau. La seule chose dont nous étions sûrs c’est que nous ne voulions pas reprendre un morceau d’un groupe que nous connaissions par coeur, comme du Maiden par exemple. Nous aurions été incapables de nous éloigner du morceau d’origine pour proposer quelque chose de totalement nouveau. Nous voulions un morceau que nous pouvions retravailler totalement. Un jour alors que je déjeunais avec Sascha (Paeth, producteur), je lui ai parlé du fait que nous souhaitions enregistrer une reprise et expliqué quel type de morceau nous recherchions. Au fil de la discussion, il m’a parlé d’un groupe appelé Sisters Of Mercy pour lequel il avait remixé et ré-arrangé un morceau appelé « More » pour un single. Il m’a fait écouter et le morceau m’a tout de suite plu : « C’est celui-ci qui me convient » lui ai-je dit. Nous avons donc décidé de le proposer aux gars, mais c’était loin d’être gagné... Et bien entendu le temps passant j’ai mis un peu ça de côté ! Jusqu’au jour où Ricardo est arrivé en répétition l’air réjoui. Il était en retard comme d’habitude (rires)...

A sa décharge, il paraît que vous répétez très tôt dans la journée!

Euuuh oui c’est vrai, c’est même trop tôt pour moi aussi, mais bon, quand moi j'arrive une heure en retard, Ricardo lui c’est plutôt deux (rires)! Mais il avait quelque chose à nous faire écouter. Il a sorti un CD de son sac à dos en annonçant : « J’ai trouvé le morceau qu’il nous faut pour la reprise ». Il a mis le CD dans la platine, appuyé sur le bouton ‘play’ et là... Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai reconnu les première notes de « More » ! Sans même en avoir discuté avec Sascha, il avait choisi le même morceau que nous. Nous ne pouvions passer devant ce coup du sort surprenant, c’était définitivement le morceau qu’il nous fallait (rires). Sisters Of Mercy est un peu le groupe qui a lancé la vague gothique, un peu comme Paradise Lost en fait. Nous avons réellement pu arranger le morceau à notre sauce, par exemple toutes les cordes de notre version sont en fait des claviers dans l’originale.



Les solos d’Hugo semblent plus rapides et plus techniques que jamais...

Encore une fois je ne suis pas d’accord avec toi. Hugo est un très bon guitariste mais il ne souhaite pas faire de démonstration technique. Ses solos sont toujours très chantants et ils sont destinés à être repris par le public. Peut être qu’un où deux solos sont un peu plus rapides que les autres mais ils restent « chantants » et dans l’esprit de ceux de RITUAL. Hugo est très fan de progressif à la Marillion ou Yes, mais aussi un inconditionnel de Randy Rhoads. Son jeu est donc un mélange de tout ça. En tous cas, Hugo nous a beaucoup apporté dans son jeu très heavy et ses riffs lourds issus de ses influences thrash. Des réminiscences de ses groupes précédents...

Y a-t-il un clip de prévu?

Un clip est en préparation mais je ne peux rien te dire pour le moment. En fait nous avons rendez-vous avec les responsables de la maison de disques lorsque je serai rentré au Brésil, nous commencerons à en parler à ce moment-là, même si nous avons déjà quelques idées.

Allez vous garder l’excellent concept du top model dans vos clips? Et d’ailleurs je dois t’avouer que peu de gens ont saisi le concept du clip de « Fairy Tale » (sourire)...

(Andre prend un air grave, légèrement accusateur, faisant presque regretter d’avoir posé la question...) En fait je n’ai rien compris non plus ! (rire général) C’est vrai que le top model était un plus (sourire)... Pour le moment nous pensons juste à un concept de « série » qui lierait nos clips...

« Innocence » semble être le single que vous avez choisi. Sera t-il disponible à la vente?

Effectivement nous avons choisi "Innocence" (il sort le single de son sac). Mais il n’est disponible que pour les radios au Brésil. On ne peut pas le trouver à la vente. Le morceau est diffusé depuis environ trois semaines sur les ondes au Brésil et il marche très fort ! Nous sommes numéro 1 de la programmation grâce à lui!

Quels sont les projets de Shaaman à l’heure actuelle? Il parait que vous allez tourner au Japon pour la 1ère fois. Qu’en est-il de l’Europe?

Autant te dire que notre planning est très chargé en ce moment. REASON sort cette semaine au Brésil. Mais nous devons assurer la promo dans le reste du monde, chose que je fais actuellement en Europe. Nous avons ensuite de nombreux concerts de prévus au Brésil aux mois de mai, juin et juillet. Nous souhaiterions venir jouer ici à partir de septembre. Et nous aimerions faire une vraie tournée ici en Europe. On ne peut pas dire que les dernières tournées ici aient été de « vraies » tournées étant donné que nous avons uniquement fait des dates en France et quelques-unes en Espagne, en Italie et en Belgique. A l’époque, nous étions gérés dans chaque pays par une maison de disques différente. Il était alors difficile de prévoir et de planifier une tournée qui traverse l’ensemble des pays où nous étions distribués, car de plus la sortie de l’album était différente quasiment partout! Aujourd’hui nous sommes distribué par un seul label, et nous aimerions jouer dans plus de pays européens. Nous pensons également retourner en Asie et notamment au Japon. Pour parler de la France en particulier, nous comptons effectuer 7 ou 8 dates l’automne prochain.

On dirait que vous délaissez de plus en plus les titres d’Angra, sur scène. Ainsi, vous n’avez pas interprété « Carry on » lors du premier show du Reason Tour...

Nous avons effectivement donné un concert dernièrement où nous avons joués qu’un seul morceau de l’époque Angra : « Lisbon ». Et en fait nous avions déjà fait la même chose pour le dernier concert du Ritual Tour où nous n’avions pas joué « Carry on » non plus, ce qui est un petit événement en soi (sourire)... Néanmoins, nous souhaitons tester nos nouveaux morceaux en concert rapidement, voir ceux qui sonnent le mieux, ceux qui passent moins bien et peaufiner notre setlist petit à petit. D’ici le mois de septembre, nous avons donc le temps d’y inclure d’anciens morceaux de l’époque Angra. Cependant, je trouve que « Carry on » ne colle pas réellement à l’identité de Shaaman, cela sonne désormais plus comme une reprise, alors que « Lisbon » correspond plus à notre esprit. Un morceau comme « Paradise » pourrait également tout à fait convenir.

Peux-tu nous dire exactement pourquoi le groupe a changé de nom? Par contre le logo n’a pas changé, lui...

Mais si, le logo a changé! Regarde bien... Tu ne remarques rien? Nous avons accentué le A en arrière plan qui apparaissait comme une ombre. La différence est subtile je te l’accorde mais regarde bien, nous avons supprimé les barres en dessous du A principal pour ne conserver que celles qui forment une sorte d’ombre. De plus la barre de ce second A a été légèrement rehaussée. Nous n’avons pas voulu modifier énormément le logo pour ne pas déstabiliser les fans encore une fois! Quant au changement de nom, nous y avons été contraints par la loi. Une entreprise au Brésil portait déjà le nom de Shaman. Cette entreprise n’a rien à voir avec le milieu musical puisqu'elle opère dans le domaine pharmaceutique. A partir du moment où nous avons commencé à être connus, cette entreprise s’est manifestée et nous a fait savoir qu’elle avait depuis longtemps les droits sur le nom de Shaman. Nous nous sommes rapprochés de nos avocats qui nous ont confirmé que nous ne pouvions rien faire face à ce problème. Notre seule solution : changer de nom. Nous souhaitions conserver le nom de Shaman et avons donc décidé de doubler une lettre dans le nom... Deux M? Deux H? Finalement, nous avons demandé conseil à un vrai chaman, et la solution qui nous est apparue a été d’ajouter un A, d’autant plus que cela ne modifiait pas la prononciation du nom.

Avant la sortie de RITUAL, le groupe gardait le contact avec ses fans, nous avions droit à des studio reports, etc. Pour REASON, vous vous êtes faits bien plus discrets. Ne penses-tu pas que ça a pu frustrer un peu les fans, sans comptez que la sortie de l’album a été repoussée à plusieurs reprises?

Effectivement nous sommes restés un peu muets autour de REASON. Placer une part de mystère... Nous ne souhaitions pas trouver les morceaux disponibles sur Internet. Nous avons donc construit une bulle autour de nous. Mais vous allez avoir de nos nouvelles très prochainement maintenant que l’album sort... (sourire entendu)

Pensez-vous sortir, sur un EP par exemple, les morceaux absents du CD/DVD RITUALIVE?

C’est une très bonne idée. De nombreux morceaux restent effectivement disponibles. Nous envisageons de sortir un nouveau DVD ultérieurement. Cela constituerait un bon matériel pour des bonus, non?

A propos de bonus, peux tu nous expliquer l’histoire du bonus caché sur le DVD?

Alors, vous l’avez trouvé ce bonus caché? En fait MTV Brésil avait organisé une sorte de concours. Ils avaient sélectionné quelques clips de groupes brésiliens et avaient demandé à des DJ de les remixer. Il s’avère que le remix de « Fairy Tale » est sorti vainqueur de ce concours. Lorsque nous avons rassemblé tout le matériel pour constituer RITUALIVE, nous avons pensé à ce remix pour un bonus. Nous avons donc demandé à MTV la permission de l’utiliser.

Cette fois, vous n’avez pas sacrifié de flûtiste péruvien?

Qu’est-ce que tu racontes??? (rires)

A la cinquième seconde de l’intro de « For tomorrow », on a l’impression que la flûte de pan tombe d’une falaise...

(rires) Je ne me souviens pas avoir tué de flûtiste! Par contre tu devrais demander à Ricardo, c’est lui qui était présent lors de l’enregistrement de ces flûtes de pan... Parfois Ricardo réagit vraiment bizarrement, qui sait ce dont il est capable... (rires)